Mobile nav

 

Lettres à Nour

mardi 24 avril, 13h30
mercredi 25 avril, 10h (option)

Durée : 1h15 (spectacle + discussion)
P.A.F. : 5€
Espace Théâtre
Dossier d’accompagnement

Rencontre avec l'équipe artistique à l'issue de la représentation

4e secondaire et +

de Rachid Benzinepar le Théâtre de Liège 

mise en scène : Rachid Benzine
avec Tania Garbarski et Charlie Dupont

Les Thèmes
Radicalisme, transmission, identité, rapports parents- enfants, interculturalité, religion, épistolaire, dialogue

 

Islamologue et chercheur franco- marocain, Rachid Benzine fait partie de la nouvelle génération d’intellectuels qui prône un travail critique et ouvert sur le Coran. Son texte Lettres à Nour raconte, sous forme de théâtre épistolaire, les échanges entre un père, intellectuel musulman pratiquant – vivant sa religion comme un message de paix et d’amour –, et sa fille partie en Irak rejoindre l’homme qu’elle a épousé en secret et qui est un lieutenant de Daesh.

Nous assistons au dialogue entre deux êtres qui ne peuvent renoncer l’un à l’autre, un père et sa fille, parce que l’amour qui les unit reste plus fort que tout. Et pourtant, tout les sépare. L’esprit critique du père est retourné contre lui : les principes auxquels il croyait sont devenus des armes aux mains de sa fille. L’impuissance de deux êtres si proches, si complices, à établir un dialogue, à trouver une entente, un point d’accord, est la brûlure qui traverse ce texte. Il nous renvoie à ce que nous vivons aujourd’hui.

Je suis, depuis des mois, travaillé par une question lancinante qui revient cogner en moi comme une migraine, récurrente, familière. Pourquoi de jeunes hommes et jeunes femmes, nés dans mon pays, issus de ma culture, dont les appartenances semblent recouvrir les miennes, décident-ils de partir dans un pays en guerre et de tuer au nom d’un Dieu qui est aussi le mien ? Cette question violente a pris une dimension nouvelle le soir du 13 novembre 2015, quand cette évidence effrayante m’a déchiré intérieurement : une partie de moi venait de s’en prendre à une autre partie de moi, d’y semer la mort et la douleur. Comment vivre avec cette déchirure ? Ainsi a pris forme, peu à peu, ce dialogue épistolaire entre un père philosophe et sa fille partie faire le djihad... Ce dialogue impossible, difficile, je l’ai imaginé.
Rachid Benzine, auteur, islamologue et metteur en scène.