Mobile nav

Not Quite Midnight / Cendrillon

vendredi 7 décembre, 14h
séance en commun avec le primaire

Durée : 1h
P.A.F. : 5€
Espace Théâtre
Dossier d’accompagnement
Rencontre avec l'équipe artistique à l'issue de la représentation (à confirmer)

Pour tous

par la Cie Cas Public (Montréal)
chorégraphie : Hélène Blackburn
musique : Martin Tétreault
danseurs : Alexandre Ellison,
Cai Glover, Robert Guy,
Daphnée Laurendeau,
Danny Morissette
et Maude Sabourin

Les Thèmes
Danse, conte revisité, musique classique, imaginaire

Le spectacle

Minuit, en cette heure enchantée entre toutes, Cas Public, la compagnie de la chorégraphe québécoise Hélène Blackburn, convoque la magie de Cendrillon. Celle des contes de Perrault et des frères Grimm, des opéras de Rossini et de Prokofiev. Mais aussi celle des centaines de versions moins connues portées par la tradition orale.

Le Cendrillon de Cas public s’éloigne ainsi de sa forme narrative traditionnelle pour proposer aux spectateurs de tous âges une vision élargie du conte. Un conte sur le conte en quelque sorte. Six danseurs troquent leurs chaussons de danse pour une pantoufle de verre et nous replongent avec délice dans ce récit féérique, si emblématique de notre imaginaire collectif. Entre cendres et magie, humour et tragédie, le spectacle rend hommage aux qualités de cœur et d’esprit qui permettent de surmonter les épreuves, de se surpasser et de s’accomplir.

Après avoir présenté à Arlon plusieurs ballets (Variations S, Symphonie dramatique, 9...), la chorégraphe Hélène Blackburn poursuit sa relecture des grandes œuvres classiques pour questionner au présent des thématiques universelles. Reconnue pour la virtuosité et l’intensité de sa danse, Cas Public nous entraîne une nouvelle fois dans un voyage poétique où le corps des interprètes devient le lieu de tous les possibles...

La dernière création de Hélène Blackburn Cendrillon déconstruit un conte de fée très normatif à la lumière de l’ouvrage de Colette Dowling Le complexe de Cendrillon qui dénonce le désir inconscient des femmes, exprimé dans le conte de fée, d’être protégées ou choyées tout le temps, laissant de côté leurs propres goûts ou activités. Le talent de la chorégraphe montréalaise est de séduire par la pertinence de la danse millimétrée et très physique qu’elle crée, portée par les créations sonores de Martin Tréteault et, dans le même mouvement, laisser la place à une interrogation critique sur les idées développées par ses danseurs.

Le sous-titre du ballet Not Quite Midnight est venu à Hélène Blackburn d’une phrase de Mathias Malzieu (Dionysos) extraite de son roman La mécanique du cœur : Si Cendrillon avait eu une horloge dans le cœur, elle aurait bloqué les aiguilles à Minuit moins une et se serait éclatée au bal toute sa vie.