Mobile nav

Danse

9

dès 10 ans
5ème et 6ème primaire

JANVIER 2018
mercredi 31, 10h

espace théâtre
5 danseurs
jauge : 400
durée 50’

Dossier pédagogique de la Cie ICI

une coproduction de Cas Public et du Kopergietery / chorégraphie de Hélène Blackburn / dramaturgie de Johan De Smet / musique de Martin Tétreault / films de Kenneth Michiels / avec la participation des enfants du quartier Gantois Rabot : Seymanur Kizilca, Evgeni Miroslavov, Chaz Keith Salfamones, Ramzi Serrai, Burhan Zambur / éclairages de Emilie B-Beaulieu et Hélène Blackburn / scénographie de Hélène Blackburn / costumes de Michael Slack et Hélène Blackburn / photos de Damian Siqueiros

 

Cas Public, reconnue pour sa danse éloquente, héberge en son sein un danseur atypique. Cai Glover est sourd. Ce handicap qu’il a surmonté pour devenir danseur professionnel, la chorégraphe hélène Blackburn fait l’incroyable pari de l’utiliser comme point de départ de sa nouvelle création. Percevoir, éprouver, comprendre. Ce sont nos sens qui nous permettent de saisir le monde qui nous entoure. Comme une fenêtre ouverte sur l’autre, une condition sine qua non sans laquelle une partie des choses nous échappent.

Ainsi, comment embrasser toute la démesure et le grandiose d’un des plus grands chefs-d’oeuvre du répertoire classique qu’est la 9e Symphonie si, comme Beethoven, notre ouïe nous faisait défaut ? 9 incarne ce défi à travers un audacieux voyage de sensation.

En coproduction avec le Kopergietery, l’oeuvre se découvre toutes générations confondues, repoussant les frontières du silence pour qu’ainsi la différence se taise et que le corps devienne langage.

KOPERGIETERY est une maison de création belge gantoise pour jeune public, privilégiant le théâtre, la danse et la musique.

PRESSE

Déconstruire la norme

Véritable réflexion sur la différence, 9 tente de questionner la véritable nature de la normalité. «Cai avait un grand désir d’être «normal». Mais on ne peut même pas savoir ce que ça veut dire! Voyons-nous les choses de la même manière, entendons-nous les mêmes sons?», souligne hélène Blackburn.

Un sujet qui vise dans le mille pour le public jeunesse à qui s’adresse cette création de danse contemporaine. «En grandissant, je peinais à m’intégrer dans des groupes, parce que j’avais de la difficulté à suivre les conversations, raconte Cai Glover. Je crois que c’est important pour un jeune public de voir le sujet du handicap représenté en art, mais surtout, de voir quelqu’un avec une condition comme la mienne réussir à coexister avec les autres membres d’une troupe.»

(...)
Cette œuvre de haut niveau est toutefois tout sauf hermétique. «Je ne veux rien savoir d’une danse cloisonnée. On parle de joie, on rassemble. En plus, c’est conçu pour véritablement plaire autant aux adultes qu’aux enfants. Je n’ai encore jamais vu d’enfant acheter son propre billet, alors c’est important de penser à ceux qui les accompagnent!», lance hélène Blackburn, notant du même souffle que beaucoup de grands-parents ainsi que leurs petits-enfants ont été touchés par 9.

La chorégraphe invite donc le public à tenter l’expérience de la danse. «Faites confiance aux enfants! Ils ont une spontanéité, une curiosité et ne sont jamais effrayés par la nouveauté, toutes des qualités qu’on devrait garder comme adultes. C’est un beau moment artistique à partager tous ensemble».

Le Journal de Montréal | Mars 2017