Mobile nav

Acrobatie - jonglerie

Hom(m)

dès 9 ans
4ème à 6ème primaire

AVRIL 2018
lundi 16, 14h

espace théâtre
1 comédien
jauge : 400
durée 45’

Cie Jongloic / une création acrobatiquement jonglistique de Loïc Faure / mise en scène : Philippe Vande Weghe / scénographe/Designer : Gilles Gardula / création lumière : Nicolas Diaz / création sonore : Thomas Barlatier

 

Loïc Faure s’enferme pour inventer un nouveau chemin vers la liberté. Enchaîné à sa cage, il grimpe, jongle, s’obstine et déborde d’énergie. Le corps se forge, les balles s’apprivoisent, le spectaculaire se mêle de virtuosité et de poésie.

Acrobatie au sol ou sur mât chinois, cascades, tour de force, Loïc Faure pratique un théâtre physique où toujours il jongle. Épris de défis, il cultive sa passion en l’assaisonnant d’embûches. Avec Hom(m), il faudra entrer dans la cage-matrice pour s’adonner au désir irrépressible de jongler. Et comment s’y prendre quand les mains sont entravées ? En persistant, quitte à jouer de la tête, des oreilles, des pieds. Ici, l’enfermement libère les désirs.

Pour faire écho à la spécialisation exacerbée de l’homme du monde d’aujourd’hui, Loïc Faure a pratiqué sa discipline en s’enfermant quotidiennement. Pour mimer l’acharnement de l’humanité dans ses comportements, ses choix, ses certitudes, il a choisi la répétition obsessionnelle des mouvements. Pour matérialiser le corps, quelquefois carcan, il a installé cages, chaînes, aimants.

Homme Fort des foires d’antan, cascadeur de balle, danseur, coureur de fond, singe ou écureuil, Loïc devient un drôle d’animal dont on scrute, fasciné, le singulier comportement.

Note d’intention

« S’entraîner, découvrir, serrer les dents, sourire, s’entraîner, se réentraîner, s’amuser, voilà le parcours d’un homme du cirque.

La jonglerie m’a appris ceci,
si tu veux, travaille, accroche-toi,
lance et re-lance, ramasse et re-ramasse, l’obstination en continu jusqu’à une forme de réussite, d’exploit qui se peaufine comme un bon vin.
Je me suis enfermé de longues heures pour développer une technique singulière de jonglerie.
Je souhaite matérialiser cet enfermement dans un monde métallique. Sacré métal...

La Cage.
Froide l’hiver, brûlante l’été, légère comme une enclume,
elle laisse le corps se déformer dessus, et malgré ses airs de roche, on aime s’y frotter. »