Projets Art à l’école avec ékla

Petite victoire cette saison, les artistes estampillés ”personnes essentielles” ont pu se rendre dans les écoles. Elodie Paternostre et les élèves de 4e primaire de l’école communale de Fouches ont joué avec les codes des danses traditionnelles pour inventer leurs propres chorégraphies. Au même moment avec Gaëtan D’Agostino, des élèves de 3e secondaire à l’INDA ont choisi de créer des situations théâtrales autour de l’enfermement, tandis qu’à l’ITELA, les 5e secondaire se sont initiés aux codes précis du cinéma pour exprimer leur vécu au temps du covid.

La danse, le théâtre et le cinéma se (re)lient.
3 disciplines différentes, 3 écoles, 3 classes, 3 âges différents.

Chaque bulle, en chœur mais séparément, s’échauffe, prend vie pour que les jeunes vivent un processus artistique malgré ce contexte morose. Derrière les masques, les yeux brillent un peu plus…Il n’y a rien à faire, l’union fait la force. On cherche ensemble. On raconte ensemble. Car ensemble, on est plus fort. Ce qui relie tous ces ateliers c’est d’abord le désir de continuer à créer ensemble dans un monde qui nous sépare. 


Est-ce qu’en racontant des histoires sur ce que l’on vit, on ne réfléchit pas plus notre monde?


Et en réfléchissant sur notre monde, est-ce qu’on n’ouvre pas un peu plus les mentalités?


Dès lors, je me demande si ces questions ne deviennent pas encore plus essentielles qu’elles ne l’étaient déjà. 


Car après tout, que serait une personne sans culture ? Que serait un monde sans les arts? Que serait la vie sans l’artistique ? Et que va devenir notre humanité sans ses non-essentiels?


Sous les masques étouffants, ce qui est certain selon ce que j’ai vu, c’est qu’on respire mieux ensemble.
par Gaëtan D’Agostino, 
artiste partenaire ékla

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print