Mobile nav

Correspondances

Ah ! le joli mois de juin qui nous fait déjà rêver aux vacances. La saison à peine terminée avec Machiavel, nous embarquons sans délai pour une nouvelle destination. Les étapes définitives de ce voyage seront révélées le vendredi 14 septembre à 19h.

Comment va-t-elle dialoguer avec la précédente, cette nouvelle saison ? Nous pensons à ces moments forts comme Blockbuster qui phase un discours économique critique avec des séquences cultissimes du cinéma américain. Autre otni (objet théâtral non identifié) de la saison passée : La convivialité ! Faire d’un propos sur les bizarreries orthographiques de la langue française un spectacle passionnant et intelligent, qui s’exporte partout en francophonie, mérite qu’on s’incline devant le talent de deux agrégés improvisés en comédiens. Un opus 2 est en préparation pour notre plus grand plaisir tant la langue française est riche en absurdités. Ces spectacles, par leur originalité et leur attractivité, signalent la qualité des créateurs belges. Partager ces moments est un peu la raison pour laquelle nous faisons ce métier.

Nous aimons ce mot de correspondance qui renvoie à l’intimité de la conversation épistolaire en passe de se perdre devant la position dominante des réseaux sociaux. C’est presque devenu une posture suspecte de le revendiquer. Et, pourtant, nous voulons maintenir une forme de correspondance avec le public, de contact direct, physique, hors de tout effet marketing. La singularité de cette relation est pareille à celle qui se joue dans un théâtre où des hommes s’adressent directement à d’autres hommes, où la parole vraie, sans effets spéciaux, sans trucage, sans manipulation circule.

A quoi correspondra la saison prochaine ? Nous vous parlerons de tous les spectacles découvertes le 14 septembre. Mais quelques belles surprises vous attendent et pour lesquelles point n’est besoin de longues explications. Benjamin Biolay, Christophe, Nolwenn Leroy, les Australiens de Circa, le Ballet-Théâtre Atlantique du Canada avec Carmen, les Québécois de Cas Public avec Cendrillon... Du théâtre, de l’humour et des spectacles ”A voir en famille” pour tous les âges !

Au plaisir de vous retrouver à la rentrée.

Fernand Houdart Directeur



Esprit farceur

Durée
en création
Espace
théâtre

Tarifs
entrée : 22 €
abonnement : 2 crédits

de Noël Coward
par la Comédie de Bruxelles
adaptation et mise en scène : Daniel Hanssens
Avec Pascal Racan, Catherine Claeys, Laure Godisiabois, Laurence d'Amélio, Victor Scheffer, Cécile Florin, Christel Pedrinelli




Un gros grain de folie anglais

Ecrivain à succès, Charles Condomine organise, avec sa nouvelle épouse Ruth, un dîner en compagnie d’une voyante excentrique, Madame Arcati, pour qu’elle conduise une séance de spiritisme, que tous croient ratée, dans l’espoir d’y puiser de la matière pour son prochain livre. Mais après la séance, Charles s’aperçoit qu’il est désormais hanté par le fantôme d’Elvira, son agaçante et caractérielle première épouse. Elvira essaie continuellement de perturber le mariage de Charles et Ruth, sa seconde épouse qui ne peut quant à elle ni voir ni entendre le fantôme.

Coward s’est fait plaisir en nous proposant une intrigue originale et souvent surprenante, pimentée de dialogues savoureux. L’Esprit s’amuse n’est pas moins qu’un petit festin, mélange saisissant de comédie et de fantastique pour un résultat typiquement anglais, parfaitement enivrant qui nous rappelle que, si les Anglais ont de l’esprit, ma chère, ils ont aussi un gros grain de folie.

Créée dans le West End le 2 juillet 1941, la pièce établit un record en étant jouée à 1997 reprises. Elle est ensuite présentée à Broadway à partir du 5 novembre 1941 et y est jouée 657 fois en moins d’un an. Reprise régulièrement par des compagnies de théâtre au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, elle est adaptée au cinéma en 1945 sous le même titre et en comédie musicale sous le nom de High Spirits en 1964.

Daniel Hanssens, à l’adaptation et à la mise en scène, a le chic pour nous faire découvrir chaque saison les meilleurs auteurs anglais, les maîtres de la comédie raffinée et intelligente.

A voir prochainement