Mobile nav

L’Odyssée

Mardi 31 mars, 10h et 13h30
Jeudi 2 avril, 10h

Durée : 50 min (+ rencontre)
P.A.F. : 5€
Espace Théâtre
Dossier d’accompagnement
Public : priorité aux 1e et 2e secondaire

de Sam Touzani et Bernard Breuse
mise en scène, musique et chorégraphie : Sam Touzani

Héros fougueux ou tête brûlée? Ulysse, aveuglé par la gloire, oublie ses limites et défie Poséidon le dieu des mers. Ballotés sur des mers déchaînées où se côtoient cyclopes en colère et sorcières envoûtantes, Ulysse et ses compagnons sont prêts à tout pour rentrer chez eux.
Le trio explosif d’acteurs voyage dans le récit d’Homère en y insufflant un humour acide et une touche punk.

C’est l’histoire d’un très jeune homme qui tente de rentrer chez lui. Un parcours initiatique aux allures de road trip enjoué qui va le confronter à de nombreuses formes d’adversité, à commencer par... sa propre personnalité. Émerveillements et désillusions, obstacles et victoires, rien ne lui est épargné dans la confrontation entre son univers et la réalité du monde. S’il essaye et se trompe souvent, au final il retombe toujours sur ses pattes, apprend, comprend et s’invente un chemin qui lui est propre. Cette histoire, c’est celle d’Ulysse et de son Odyssée.

L’adaptation d’Édouard Signolet et la mise en scène de la Compagnie Dérivation proposent une lecture ludique et moderne du texte antique tout en conservant la substance originale. Cette épopée fait voyager les spectateurs du burlesque au tragique à grand coups d’anachronismes délirants, offrant une multitude de pistes de lectures et de questionnements allant de la découverte de la mythologie grecque à celle du monde du théâtre pour les plus jeunes, et à des réflexions sur la «starification» éphémère pour un public plus âgé...

Coup de coeur de la presse aux Rencontres Théâtre Jeune public de Huy 2018.

A part un immense néon lumineux, où Ulysse se lit comme l’enseigne d’une boîte de nuit branchée,aucun décor ne sou4ent le récit. Tout repose sur le jeu –complètement barré – des comédiens qui nous emportent dans l’intrigue comme Poséidon déchaîne les éléments. Il suffit qu’un comédien se mette sur la pointe des pieds pour évoquer les montagnes où réside le Cyclope. Une séance de haka exprime le courroux des géants. [...] Le bruitage se transforme en beatbox pour suggérer la tempête, et tout rebondit ainsi, à cent à l’heure, sur les talons de comédiens tout-terrain. Harmonica,musique disco, sonorités hawaïennes ou bande-son du film Drive y vont aussi de leurs pinceaux pour égayer cette folle équipée. Heureux qui, comme nous, avons vu cent paysages dans cette pièce ultra inventive.
Catherine Makereel, Le Soir.

;;