Mobile nav

Est-il possible de manger des animaux en respectant leur bien-être, la planète et notre santé ?

Ciné-débat dans le cadre du projet ASSIETTONS-NOUS!

Faut-il arrêter de manger les animaux?

Lundi 14 octobre, 10h

Durée : 1h30 (film + discussion)
P.A.F. : 2€
Espace CAMPUS ARLON ULIÈGE - 
Avenue de Longwy, 185 (110 places)
Dossier d’accompagnement
Public : à partir de la 5e secondaire

TOUR D’HORIZON D’EXPÉRIENCES POSITIVES POUR UN SYSTEME D’ÉLEVAGE ALTERNATIF
Documentaire (2018)

de Benoît Bringer


en collaboration avec
SOS Faim, l'ULiège-Arlon, Réjouisciences et les autres partenaires d'Assiettons- nous!

A travers un périple de six mois dans le monde entier, Benoît Bringer met en évidence des initiatives respectueuses de l’environnement et des animaux

Pour nourrir une population toujours plus nombreuse, le monde s’est lancé dans une course à la productivité frénétique qui engendre une cruauté souvent ignorée à l’encontre des animaux, mais aussi des problèmes sanitaires et environnementaux majeurs. Partout sur la planète, l’élevage industriel fait des ravages. Si la prise de conscience est là, existe-t-il des alternatives ?

Benoît Bringer, journaliste d’investigation, part à la rencontre de celles et ceux qui inventent d’autres modes de production, plus respectueux de la nature et des animaux. Il met bout à bout les initiatives concrètes qui fonctionnent déjà et pourraient figurer le mode de consommation de demain.

La projection du documentaire est suivie par un débat proposé par une personne ressource de l’ULiège Arlon Campus Environnement.

Le documentaire de Benoît Bringer se veut bienveillant et optimiste. Pour les acteurs de ce changement, une autre agriculture est possible. Et c’est d’abord au citoyen d’user de son pouvoir de consommateur pour changer la donne. Autrement dit, manger de la viande de meilleure qualité – certes plus chère –, mais à une fréquence réduite.

Malgré une introduction quelque peu sentimentale, Benoît Bringer livre une enquête passionnante et finement réalisée, sans jamais céder au militantisme ou à la caricature. Ni idéaliste ni moralisateur, Faut-il arrêter de manger les animaux ? ne prétend pas apporter de remède miracle, mais une partie de la solution, et c’est déjà pas mal. Les alternatives proposées, bien qu’imparfaites et encore peu nombreuses, ont au moins le mérite d’exister, et leurs artisans espèrent en faire la norme de demain.
Camille Langlade, Le Monde.fr

;;