Mobile nav

La femme à barbe

Lundi 6 janvier, 13h30 (option)
Mardi 7 janvier, 10h et 13h30
Mercredi 8 janvier, 10h
Jeudi 9 janvier, 10h (option)

Durée : 1h05 (+ rencontre)
P.A.F. : 5€
Espace Théâtre
Dossier d’accompagnement
Public : à partir de la 1e secondaire

écriture collective
par le Théâtre des Chardons
mise en scène : Juan Martinez
scénographie : Cécile Balate
lumières : Nathan Damna
avec Delphine Veggiotti et Nicolas Laine

Spectacle de théâtre pour deux clowns, "La femme à barbe" propose une approche originale à la question de la transmission de la culture.

Prix de la Ministre de l’Enseignement Secondaire aux Rencontres Théâtre Jeune Public de Huy 2018

Douce et autoritaire, Frida est une femme à barbe lassée d’être une bête de foire. Elle veut que l’on se souvienne d’elle pour ce qu’elle est vraiment : une grande actrice! Elle fait part de ses aspirations à son complice, un clown habile et naïf. Ensemble, ils tenteront de jouer quelques grandes scènes du répertoire qui ont souvent un point commun, le balcon : Le Misanthrope, L’école des femmes, Roméo et Juliette, Cyrano de Bergerac, Phèdre...

En touchant à la question de la transmission, on touche aussi à la question de la mort et de la survie de la culture. Les personnages s’interrogeront avec humour sur la trace que chacun laisse de son passage sur terre. On redécouvre par la même occasion le plaisir du fait théâtral à travers le regard décalé du clown.

[...] il y a le clown tragique, très théâtral, musical presque dans sa manière de poser la voix qui emprunte la figure clownesque pour donner forme par4culière à son récit avec la précision d'une par44on. A l'image du Théâtre des Chardons et de ceWe incroyable femme à barbe, Delphine Veggiog, une Frida au béret rouge, douce et autoritaire, qui n'en peut plus d'être une bête de foire. Derrière son physique ingrat, se cache une grande actrice qui n'a plus qu'une idée en tête, transmeWre les textes des plus grands. Pour briller, elle en appelle à son acolyte, 4mide et naïf Adam, un Nicolas Laine tout en mezzo dont le jeu répond parfaitement à celui de Delphine Veggiog. Finira bien sûr par arriver la célèbre scène du balcon et toutes les arrières-pensées de Frida qui voudrait tant que son partenaire se montre un peu plus soupirant.
Laurence Bertels, La Libre Belgique.

;;