Le grand rOnd


Tarifs
entrée :12 € - enfants : 6 €
abonnement : 1 crédit
à partir de 3 ans


Le grand rOnd, c’est un spectacle presque sans paroles qui explore l’espace, le corps, l’autre, le territoire.
Comment partager l’espace ? Quelle place laisser à l’autre?
De façon ludique, dépouillée, pleine d’humour et symbolique, Elle et Lui vont se mesurer à l’espace, et l’un à l’autre. Chacun suit sa logique. Il y a un homme, une femme, et un grand rond que tous deux veulent occuper.
Comment vont-ils y arriver?

On fait tout un plat du théâââtre, mais finalement ce n’est pas autre chose qu’un grand terrain de jeu. Le constat est flagrant dans les spectacles pour les petits. La dramaturgie y devient toboggan, l’intrigue se façonne à la plasticine et la scénographie se mue en bac à sable avec pelles et râteaux.

Prenons « Le Grand Rond » de la Berlue. Sur le plateau, un cercle vide attire deux explorateurs. Chacun avec sa manière bien à lui d’appréhender l’espace. Elle est minutieuse et mesure circonférence et diamètre en faisant le grand écart, en nageant à la brasse, ou en mesurant le nombre de pieds. Verdict : 18 et des orteils. Lui est plus approximatif dans ses calculs et envahit peu à peu son territoire à elle. Pas vraiment prêts à partager le rond, ils vont s’affronter à coups de tissus, plus ou moins grands, jouant des tours plus ou moins lâches.

Que d’inventivité cousue sur de simples étoffes faisant naître des combats de samouraïs, des drapeaux révolutionnaires, des impératrices romaines, des rafales de vent. On ne vous révèlera pas la fin, évidemment, seulement que Violette Léonard et Luc Fonteyn ouvrent des horizons exaltants, avec une formidable simplicité.
Catherine Makereel

Prix de la ministre de l'Enseignement fondamental aux Rencontres de Huy 2013.

 

A voir prochainement

Hooverphonic

Du samedi 6 mai 2017
Au dimanche 7 mai 2017

Hooverphonic  

Hooverphonic

Du samedi 6 mai 2017
Au dimanche 7 mai 2017

Hooverphonic  

Quentin Dujardin/Ivan Paduart

Le vendredi 12 mai 2017 à 20:30

Quentin Dujardin/Ivan Paduart