Dom Juan

Version Rock ‘n’ Roll : Une comédie brute et radicale qui ira au plus près de l'humour et de la virulence de Molière dans une mise en scène rock n' roll ! 4 comédiens, quelques marionnettes à taille humaine et une guitare électrique.
Au centre : la question de LA LIBERTÉ ET DE SES LIMITES

LUNDI 21 NOVEMBRE, 13H
MARDI 22 NOVEMBRE, 13H

Durée : en création
P.A.F. : 7€
Espace Théâtre (500 places)
Dossier d’accompagnement

Rencontre avec l'équipe artistique à l'issue de la représentation

4e secondaire et +

de Molière
par le Théâtre de la Chute
coproduction : Théâtre Varia

mise en scène : Benoît Verhaert
avec Samuel Seynave,

Benoît Verhaert, Audrey D’Hulstère et Jean-Michel Distexhe
en partenariat avec la Maison de la Culture d’Arlon  

 

Projet interactif : spectacle + débat

Le Théâtre de la Chute propose depuis quelques années des spectacles qui ont pour vocation principale d’interpeller le spectateur et de l’inviter ensuite au dialogue dans des débats qui suivent chaque représentation. Tous ces projets portent à chaque fois un regard neuf sur une oeuvre classique.

Après La Chute et L’Etranger de Camus ou encore On ne badine pas avec l’amour de Musset, Benoît Verhaert nous propose une version dépoussiérée du Dom Juan de Molière.

La pièce de Molière parle bien sûr de libertinage. Mais les thèmes que brasse la pièce sont nombreux. Dom Juan est aussi et avant tout un libre penseur, affranchi de religion et de métaphysique en général, qui remet en cause tout dogme établi. (Libertin, du latin libertinus : esclave qui vient d’être libéré, affranchi).

La pièce parle aussi et surtout du rapport au sacré, de la transgression. Elle parle de hiérarchie et de conventions sociales, de traditions, d’autorité paternelle, de démission parentale. Elle parle de conflit de générations, des peurs de l’homme et de son hypocrisie, de l’honneur, du courage, de la violence, etc.

Tous ces thèmes étant particulièrement brûlants, la question principale qui se pose est en fait celle de la liberté et de ses limites. Les libertés devrait-on dire : liberté de mœurs, liberté de pensée, liberté d’expression...

Et se poser la question de la liberté d’expression nous amène à nous interroger sur la notion de dialogue.

La pièce de Molière met principalement enscèneunduo:DomJuan& Sganarelle. Deux personnages que tout oppose : l’âge, l’instruction, la culture, la condition, le tempérament, etc. Ces deux personnages (ou ce personnage à deux têtes) tentent pendant toute la pièce de dialoguer. Mais cette tentative échoue de scène en scène, la peur de l’un et la violence de l’autre rendant les deux sourds et aveugles.

Il ne s’agit pas ici de prendre parti pour l’un ou l’autre mais de présenter symboliquement à travers ce duo une seule et même personne qui serait en proie à un conflit intérieur, le combat de l’homme ordinaire entre le soumis résigné et le rebelle exalté qui cohabitent en lui, entre l’esclave et le tyran, entre le collabo et le terroriste...