Est-ce qu'on ne pourrait pas s'aimer un peu?

MERCREDI 11 JANVIER, 10H
JEUDI 12 JANVIER, 13H30

Durée : 1h (version scolaire)
P.A.F. : 5€
Espace Théâtre (300 places)
Dossier d’accompagnement

Rencontre avec l'équipe artistique à l'issue de la représentation (à confirmer)

Les thèmes : Cirque, technique du clown, mime, humour, relations amoureuses...

Priorité aux 2e et 3e secondaires

par le Théâtre Loyal du Trac
mise en scène : Jaco Van Dormael
Jde et avec Sandrine Hooge, Serge Bodart et Eric De Staercke

Le spectacle

Comédie burlesque et musicale, Est-ce qu'on ne pourrait pas s'aimer un peu? est une course-poursuite en quête de l'amour,... de l’inaccessible amour ? Avec humour et poésie, des personnages aussi clownesques qu’absurdes se lancent à la recherche de l’âme sœur, s’emballent, dérapent, ne renoncent jamais, courent toujours, même après le baisser de rideau. Amoureux incompris ou jaloux, en détresse ou complètement aveuglés par l’amour, peureux ou bravaches, veulent s’aimer, se toucher, se rencontrer envers et contre tout, mais ne parviennent qu’à s’éloigner chaque fois un peu plus.

Grinçante, touchante mais toujours joyeuse, cette comédie nous rappelle les grands maîtres du burlesque américain qui auraient goûté la dimension surréaliste de l’humour belge. Les tableaux se succèdent et on ne peut s’empêcher de rire devant ces caricatures de nos propres travers... un peu, beaucoup, à la folie !

La presse

Sous le masque du clown, Eric de Staerke, Sandrine Hooge, et Serge Bodart, au piano et aux plumes d’autruche, empruntent à la chanson de Gainsbourg Je t’aime, moi non plus le prétexte et l’absurde (fuir le bonheur avant qu’il ne se sauve) et au répertoire du vaudeville le quiproquo du ménage à trois où l’on ne sait plus qui, de la bonne, du maître, de la maîtresse et de l’amante, est le chéri de l’autre. Mime, acrobatie, silence éloquent, jeu et hors-jeu orchestrés de main de maître par Jaco Van Dormael renouvellent en toute simplicité l’art du théâtre. Sophie Creuz, L’Echo