Théâtre mystérieux, musical et dansant

L'histoire d'une longue journée

dès 3 ans
maternelle

MARS 2018
lundi 26, 10h et 14h
mardi 27, 10h et 14h
mercredi 28, 10h

espace plateau
3 comédiens
jauge : 70
durée 45’

Dossier pédagogique de la Cie ICI

Agora Théâtre / texte : Ania Michaelis en collaboration avec l’ ensemble de l’équipe / adaptation française : Leila Putcuyps / avec Sascha Bauer, Line Lerho, Leila Putcuyps / régie : Joé Keil / mise en scène : Ania Michaelis /direction artistique AGORA : Kurt Pothen / scénographie : Céline Leuchter / arrangement musical : Gerd Oly / chorégraphie : Catharina Gadelha / costumes : Emilie Cottam / affiche : Sabine Rixen / photos : Willi Filz / création lumières : Michel Delvigne / assistance à la mise en scène : Anne Gladitz/Judith Thelen / production : Judith Thelen / accompagnement pédagogique : Kirstin Gommes

 

Dans le plus beau des mondes, où tout est pour le mieux, Avi et Iva se préoccupent essentiellement de faire régner l’ordre établi pour que tout soit toujours aussi beau qu’hier. Il y fait beau et propre, tout est satisfaisant, on s’y console, on s’y sent bien. Un jour, leur vie confortable est soudainement perturbée. Arrive Plug, avec sa solitude, sa faim, et qui, en plus, a perdu toutes ses billes.

La nouvelle mise en scène du Théâtre Agora s’intéresse à la question de la responsabilité dans les relations humaines et conçoit une utopie qui tourne autour de la reconnaissance de l’autre tel qu’il est, avec ses différences, sans tomber dans le travers de l’oubli de soi.

Iva, Avi et Plug invitent les spectateurs chez eux, dans leur petit monde fleuri. Avec peu de mots, mais avec beaucoup de joie, tout en danse et en musique, ils nous racontent, « L’histoire d’une longue journée ».

PRESSE

L’histoire racontée par Agora est toute simple. Elle raconte comment une créature insolite va apprivoiser deux personnes inconnues et ouvrir leur horizon en prenant conscience qu’il n’y a pas qu’une seule façon d’organiser son existence, que chaque individu est susceptible d’évoluer, d’accepter du neuf sans pour autant perdre son identité.

La simplicité du récit cache un minutieux travail d’interprétation. Selon la tradition d’Agora, chaque geste est précis, chaque chant et comptine sont harmonieux, chaque accessoire a un rôle bien défini à jouer. Le trio qui interprète, sans mots inutiles, sans exagération superflue, la rencontre délicate entre des personnalités contradictoires a trouvé les tons justes. Et même s’il ne se passe quasi rien durant cette ‘longue journée’, il est évident qu’à la fin rien n’est et ne sera plus comme auparavant.

De la sorte, le tout jeune public à qui est destinée cette pièce s’apercevra des bénéfices de la différence, de la richesse du partage au lieu du conflit, de la complémentarité des mentalités. Le tout soigneusement et joyeusement emballé dans des chants, des danses, des jeux, des gestes réconfortants.
Michel VOITURIER - Rue du Théâtre