Théâtre

F + M = ❤

Cie Les Pieds dans le Vent

5 à 8 ans
3ème maternelle à 3ème primaire

FEVRIER 2017
jeudi 16, 10h et 14h
vendredi 17, 10h et 14h

espace théâtre
2 comédiens
jauge : 150
durée 45’

Dossier d'accompagnement ICI


mise en scène : Sophie Linsmaux / assistante : Sophie Jallet / scénographie : Aurélie Borremans / costumes et affiche : Marie Kersten / musique : Olivier Thomas / montage son : Clément Papin / éclairages : Benoît Lavalard / régie : Clément Papin / interprétation : Valérie Joyeux, Vincent Raoult / diffusion : Anne Jaspard


« Chut ! Il ne faut plus parler de Musette, c’est défendu ! »
« Pourquoi ? »
« Parce qu’elle est de l’autre côté de la guerre. »

La guerre et ses séparations. La guerre et ses souffrances. Les enfants et la guerre.

Deux enfants jouent ensemble chaque jour. Mais un soir, la guerre arrive et impose aux deux amis une limite infranchissable entre leurs jardins respectifs.
Alors ? Le papa s’en va au combat, les bruits étouffent le silence, les mamans font ce qu’elles peuvent pour protéger les enfants.
Etre séparés, c’est long, c’est culpabilisant, c’est se sentir seul, c’est une invitation au désespoir ou à l’espoir... en tout cas, pour Flon-Flon et Musette, cette séparation n’était pas leur choix !

Comment aborder avec les enfants la guerre et ses séparations, la guerre et ses souffrances? Au-delà des faits historiques, au-delà des documents et des documentaires, au-delà des armes et des armées, ça fait quoi la guerre ? Nous y explorons la séparation, l’injustice, la culpabilité, la peur, le désespoir, l’espoir, avec le regard et les émotions d’un enfant.

PRESSE
héritiers intelligents de Brecht, les membres de la Cie les Pieds dans le Vent ont réussi un spectacle complet en montrant que les comédiens jouent des personnages mais ne les incarnent pas...C’est efficace mais cela permet aussi d’éviter un jeu théâtral mimétique artificiel qui, dans le cas d’adultes jouant des enfants, est souvent ridicule. Par ailleurs, le décor s’avère très astucieux. Composé de planches et de bâtons, il passe de terrain de jeu enfantin à chevaux de frise avant d’être chemin frontière parsemé de cimetières. Le texte, lui, est simple. son champ lexical est à la portée de tous. Il est bref et permet des silences d’autant plus importants qu’il favorise le développement d’actions.
Michel VOITURIER - Rue du théâtre.