Nicht Shlafen

Alain Platel

Nicht Schlafen

Coup fatal que nous avions accueilli la saison passée, derrière son rideau de douilles, laissait entrevoir une forme de communion humaine magnifiée par une sono mondiale mixant les chants de la Renaissance à la danse et à la musique de Kinshasa.

La dernière pièce de Alain Platel Nicht Schlafen, à la fois danse, théâtre, musique et arts plastiques, balaye le monde, notre monde, d’un regard très noir. La musique de Mahler nous ramène aux années qui précédaient la Grande Guerre. Les migrants qui errent sur le plateau et se déchirent au sens littéral annonceraient-ils une apocalypse certaine? Nicht Schlafen questionne, nous prend à revers, nous laisse perplexes mais nous garde en éveil.